ÉDITO – Mon dernier édito…

C’est l’hiver de ma vie dans les rangs du Journal de Fully… après 25 ans de rédaction en son sein !

Tout au long des années et des saisons qui ont défilé, j’ai constamment gardé le même objectif : que chaque lectrice et chaque lecteur, en fin d’article se retrouve récipiendaire d’un sentiment positif, joyeux, voire dynamisant.

Et je dois reconnaître qu’avec un tel objectif, je n’avais pas fixé la barre bien haut. En effet, écrire sur Fully, sur les passions de ses habitants et ses nombreuses manifestations sportives ou culturelles, c’est automatiquement insérer dans sa plume de l’encre positive, joyeuse et dynamisante.

J’adresse un intense MERCI aux rédactions successives ainsi qu’à toi, fidèle lectrice et à toi fidèle lecteur, que j’ai eu l’honneur d’atteindre chez toi, dans ton home ou sur ta tablette. Merci de m’avoir honoré de ton amitié. MERCI aux abonnés, aux parrains, aux annonceurs, à la Commune.

Le Journal de Fully est un petit bateau mais doté d’une grande voilure. Assurément, il naviguera encore bien longtemps à travers Fully, du Chavalard au bord du Rhône, du Grand-Blettay à Branson mais surtout du coeur de la rédaction aux coeurs du lectorat.

Emu, je vous adresse mes salutations les plus cordiales et enthousiastes 😉

Merveilleuses et profondes Fêtes à vous !

Stève Léger

Président d’honneur du Journal de Fully

0

ÉDITO – La récolte

Eloge à la campagne, car du travail ardu et assidu des agriculteurs et agricultrices, nous savourons chaque année les fruits et légumes de saison.

La saison à peine terminée et les voilà déjà à l’œuvre. Les récurrents aléas climatiques, ces dernières années, ne permettent pas de récolter vraiment ce qui a été semé. Face au froid hivernal à un moment crucial de la campagne agricole cette année, les récoltes n’ont pas été à la hauteur des attentes.

A l’aube de ce XXI e siècle, force est de constater que chaque saison a son lot d’épreuves et de déceptions liées au climat. Tantôt c’est la grêle, tantôt c’est un froid polaire ou une canicule ponctuelle à une période inappropriée qui perturbent le cycle des vergers et des vignes. Les récoltes des abricots et du raisin, loin d’être les seuls à payer un lourd tribut aux aléas climatiques, sont affectées de telle sorte que la production de l’abricotine et du vin est durement touchée. Loin s’en faut de faire ici l’apologie de l’alcool, c’est un constat amer pour une région viticole et arboricole.

Chers(ères) agriculteurs et agricultrices, recevez ici toute notre gratitude. Longue vie à la campagne ! Cela dépend de nous tous, de l’intérêt que nous portons à la défense et la protection de l’environnement et de l’humanité. Ne faisons pas comme la grenouille tombée dans un puits qui ne voit qu’une petite partie du ciel.

Heureux les artisans de la protection de la terre et de l’humanité, car les générations à venir obtiendront les fruits de leurs engagements

Yaovi Dansou

0