ÉDITO – N’y a-t-il qu’une fanfaRE à Fully?

Parfois, lorsque des nouveaux habitants abordent tiMIdement un Fulliérain de souche, ils lui posent la question :

– Bonjour, quels sont les noms des deux fanFAres de votre commune ?

La réponse fuse avec un air de clef de SOL et sans pause :

– Ah bon, y’a deux fanfares ?

Moi, j’en connais qu’une.

Chers nouveaux concitoyens, vous trouverez enfin LA réponse journalistique et étoffée à cette énigme en pages 8 et 9 dans votre unique journal à Fully.

Rendez-vous compte : la Liberté est née il y a 130 ans le jour de la St-Gothard et, en 2019, l’Avenir fêtera ses 100 ans, André-Marcel Bender, 56 ans de fanfare et Bernard Carron, 50 ans ! SI vous n’avez jamais ressenti 15 fois sur 15 des frissons au DOs lors d’une interprétation de «Marignan» ou SI vous ne vous êtes pas spontanément mis en marche spirituellement lors du «Gloria Deo» de Martin Carron, alors LA, je reste sans voix…

Participer à une fanfare, c’est une riche école de vie et de SOLidarité. Et que dire de ce 23 juin où, pour la première fois en 130 ans, un mariage a été célébré entre Véronique Pereira de L’Avenir et Joël Carron de La Liberté ! Tous sont en accord pour vous souhaiter le meilleur pour votre FAMIlle en toute harmonie.

Bonne lectuRE ! Retrouvez entre autres Flavien Carron, Baptiste DOrsaz, Arnaud CORNET.

Alain Léger,

Président du Journal de Fully

!

0

ÉDITO – Sans idées préconçues

François Crettex

Entreprendre un voyage dans un pays inconnu, loin de notre mode de vie, de notre confort, de nos repères et habitudes, est certainement un acte de courage. Mais au retour notre monde, tout en n’ayant nullement changé, n’est plus le même ! On aurait subi, à notre insu, un ensorcellement ? Je pense plutôt que ce peuple, auparavant inconnu, n’a pas essayé d’exercer la moindre influence sur nous et a continué à vivre sa vie, ses coutumes et ses valeurs en nous ignorant, tout simplement. Et pourtant « sorcellerie » il y a eu ! Ou du moins, un changement qui s’y apparente. Quel malheur ? Non, quelle richesse ! La richesse d’une autre vision du monde, d’une plus large ouverture d’esprit. A espérer maximale ! De toute évidence, je ne fais pas allusion à Las Vegas !

Personnellement, il m’est arrivé de vivre le même phénomène d’ensorcellement dans des « pays de l’art ». Car l’art est véritablement un autre monde. Mais ici aussi, il peut s’y trouver des Las Vegas ! Or, pour partir en voyage vacciné, une visite au Musée d’Art Brut est ce qu’il y a de plus sûr ! L’un des musées les plus représentatifs de cet ART, en toutes majuscules, n’est pas plus loin qu’à Lausanne. L’intérêt de ce voyage est d’aller à l’essence du concept de l’art : inventivité, spontanéité, expression pure de l’esprit sans filtre, « brute » : pas peur des mots, pas de souci de la critique, pas d’égard pour le public, loin l’idée de l’influencer ! Selon Picasso, « dans chaque enfant il y a un artiste, le problème est de le rester en grandissant ».

Une simple évasion dominicale peut transformer notre vision du monde. Et, s’il y a « ensorcellement », ce sera grâce à notre sensibilité, sans
idées préconçues.

Gianfranco Cencio

0