ÉDITO – J’aime Fully, je me sers à Fully

A l’heure où le Farinet aurait dû refaire surface, les grandes surfaces souffrent de l’ère du net : Ebooking, Ebanking, Etuttiquanting. Tout pour remettre en exergue les astuces des petits commerçants et leurs associations afin de redonner une âme aux contacts humains.

Même si le prix des tomates ou des asperges est quatre sous plus cher sur le marché, ici le client en a pour cent sous en qualité, en accueil, en conseils. Les exposants de notre marché villageois ne rigolent pas, ils sourient, car ils ont une âme, un coeur et des bras pour vous servir, ils vous les ouvrent tout grand. Profitons encore de cette aubaine avant que Zazadodo & Co nous bouffent tout crus.

Le boucher, le boulanger, la laitière, la mercière de la rue latérale, le petit cordonnier, tous sont bientôt présents 7/7 et 24/24 pour vous présenter un produit de qualité, un service en or, un ressemelage qui dure, un artisan qui répare votre clé de cave centenaire… alors là, Zaza au dodo, car vous pouvez vous rhabiller !

Dans cette édition, nous souhaitons donner la parole aux acteurs économiques de notre village. Songentils, comme moi, à un développeur commun, à un économiste né, à un précurseur ?

– Tout d’abord une Société de développement locale, Fully tourisme,
avec ses manifestations reconnues au-delà du coude du Rhône.

– Puis, noblesse oblige, «Petite Arvine en Capitale» avec le PDR, Projet de Développement Régional de Fully qui nous offre un exemple de collaboration.

– Et le cadet «ComArt», Association des Commerçants et Artisans de Fully qui noue des liens proches et tissés avec les petits commerçants et artisans.

Alors le forain entremontant exilé qui «Aime Fully et se sert à Fully», tel le slogan d’époque, vous donne rendez-vous chaque mardi matin au marché villageois, à l’heure de l’apéro !

Dominique Delasoie

0